Jean Bollack aux ALS

Jean Bollack naît en Alsace en 1923 dans une famille juive. Il a à peine deux ans lorsque sa famille traverse la frontière, quittant l’Alsace pour vivre à Bâle. Le changement n’est pas seulement géographique, mais aussi linguistique et culturel : l’allemand s'ajoute au français pour faire de Jean Bollack un enfant bilingue. 

Famille Bollack, Photo : Bibliothèque nationale suisse, Simon Schmid
Jean Bollack avec sa grand-mère maternelle Diane Kahn (née Bollack)

Quelques années plus tard, alors qu'il fréquente encore le Humanistisches Gymnasium, Bollack va suivre des séminaires à l'Université de Bâle, où Peter von der Mühll lui enseigne la philologie critique que Bollack appellera plus tard la « philologie allemande ». Albert Béguin y enseigne aussi la littérature française et, avec lui, Jean Bollack découvre les poètes de la résistance et contemporains tels que Saint-John Perse, René Char ou André Frenaud. Il poursuit sa formation à la Sorbonne où, entre 1951 et 1965, il rédige sa thèse d’État sur Empédocle sous la direction de Pierre Chantraine. 

De 1955 à 1958, des séminaires sur Empédocle et Parménide lui sont confiés à l’Université libre de Berlin. Il y rencontre Peter Szondi, qui renouvelait l’herméneutique littéraire allemande. Bollack trouve avec lui la solidarité intellectuelle nécessaire pour établir les fondements de sa philologie critique de dimension franco-germanique. Grâce à lui, il connaît le poète Paul Celan.

Élu professeur de langue et littérature grecques en 1958 à l’Université de Lille, Bollack y crée à partir de 1967, avec son épouse Mayotte et le chercheur Heinz Wismann, le « Centre de recherche philologique de Lille ». Des chercheurs tels que Philippe Rousseau, Pierre Judet de la Combe, André Laks, Barbara Cassin et Fabienne Blaise y participent dans un premier temps ; s’y ajouteront plus tard, entre autres, Christoph König, Denis Thouard, Werner Wögerbauer et Rossella Saetta-Cottone.

Jusqu’à sa mort en 2012, Bollack poursuit une activité intense de lecture des textes anciens et modernes, menée souvent avec son épouse et ses collaborateurs. Il publie de nombreuses études et traductions d’auteurs grecs comme Homère, Empédocle, Héraclite, Parménide, Eschyle, Euripide et Sophocle ; parmi les modernes, il s’intéresse notamment à l’œuvre de Paul Celan et à celle de plusieurs autres auteurs tels que Rainer Maria Rilke ou Saint-John Perse.

Contact spécialisé
Dernière modification 09.08.2021

Début de la page

Contact

Bibliothèque nationale suisse
Archives littéraires suisses ALS
Stéphanie Cudré-Mauroux
3003 Berne
Suisse
Téléphone +41 58 463 23 55
Fax +41 58 462 84 08
Courriel

Imprimer contact

https://www.nb.admin.ch/content/snl/fr/home/portrait/als/fonds-archives/focus/bollack.html