Les concrets zurichois

La Suisse a joué un rôle marquant dans l’histoire du graphisme après la Seconde Guerre mondiale. Les graphistes et designers suisses ont abondamment puisé dans les théories et les mouvements artistiques du début du 20e siècle, par exemple en s’inspirant du slogan « form follows function » de l’architecte américain Louis Sullivan.

Deux courants stylistiques ont réussi à s’imposer : l’Ecole de Zurich défendait les théories de « l’art concret », l’Ecole de Bâle s’appuyait sur la « Nouvelle objectivité ».

Art concret et Ecole de Zurich

Ruder Regatta Zürich 1968
Une affiche connue d’Ernst Keller : les Régates internationales de Zurich, 1968
© Sonia Petignat-Keller

L’Ecole de Zurich est liée à la théorie de l’art concret (Theo van Doesburg, cofondateur de la revue « De Stijl »). Les concrets zurichois se caractérisent par :

  • la ligne, les couleurs et les surfaces ;
  • les formes géométriques de base, carré, rond, triangle et rectangle ;
  • des espaces clairement « lisibles » et des informations se limitant au strict nécessaire ;
  • une disposition asymétrique.

Ernst Keller (1891-1968) passe pour l’un des principaux représentants de ce style. Il a fondé la première classe de graphisme de Suisse à l’école d’arts appliqués de Zurich. Il était d’avis que, pour être efficace, une affiche devait être comprise immédiatement et facilement. Le choix de l’image, du texte, mais aussi du style, des couleurs et des formes de composition jouent un rôle fondamental.

Keller a montré la voie à toute une génération d’artistes, dont Max Bill (1908-1994), qui, après la Seconde Guerre mondiale fonda le « style typographique international », aussi appelé « style suisse ».

La typographie

Une affiche réussie allie l’image et le texte de façon harmonieuse et les enrichit l’un par l’autre. L’ancien graphisme, tout en images et sans texte, n’était plus envisageable, car, sous l’influence des théories du Bauhaus, la typographie avait été promue élément entrant à part entière dans la réalisation de l’œuvre.

Le livre « La nouvelle typographie » du graphiste Jan Tschichold (1902-1974), publié en 1928, est toujours une référence. On y prône :

  • l’importance de la typographie,
  • la composition asymétrique,
  • l’utilisation de barres graphiques,
  • l’usage de solutions simples et claires.

Alors que l’Ecole de Zurich privilégie la typographie et tend vers l’abstraction, l’Ecole de Bâle développe un réalisme qui emprunte des éléments au style de la « Nouvelle objectivité ».

Dernière modification 07.12.2018

Début de la page

Contact

Bibliothèque nationale suisse
Cabinet des estampes
Hallwylstrasse 15
3003 Berne
Suisse
Téléphone +41 58 462 89 71
Courriel

Imprimer contact

https://www.nb.admin.ch/content/snl/fr/home/publications-recherche/dossiers/affiche-suisse/concrets-zh.html