Jacques Chessex – Pierre-Olivier Walzer

Enquête sur une édition spéciale de «L’Ogre»

de Denis Bussard

Il y a des trésors parmi les mille deux cents ouvrages que compte la bibliothèque cédée par Pierre-Olivier Walzer (POW) aux ALS en 1991. L'un d'eux retient tout particulièrement notre attention : sur le rayon consacré à Jacques Chessex trône une édition de L'Ogre (Prix Goncourt 1973) à l'épaisse couverture rouge et au titre or. En feuilletant le livre on apprend qu'il s'agit d'une édition hors commerce, probablement tirée par l'éditeur, et strictement limitée à 11 exemplaires nominatifs pour Messieurs les Académiciens Goncourt et pour l'auteur. Cet exemplaire a été imprimé pour l'un de ses membres les plus illustres, Raymond Queneau. Une dédicace de Jacques Chessex sur la page de garde précise son origine : « A mon cher ami Pierre-Olivier Walzer, cet exemplaire d'un roman auquel je reste très attaché : tiré dans les heures qui suivaient le Prix pour les dix Goncourt et pour le lauréat. Maintenant ce livre est à toi, mon cher Pierre-Olivier : qu'il vive fertile dans ta maison. Fidèlement tien, Jacques Chessex 19 I 85. »

Loin de satisfaire notre curiosité, cette dédicace soulève de nouvelles questions : comment, en effet, expliquer le passage du livre des mains de l'auteur de Zazie dans le métro à celles de POW plus de onze ans après le Goncourt?
 
Les archives de Jacques Chessex ne contiennent aucune lettre de Raymond Queneau ; de toute évidence leurs liens étaient pour le moins ténus : Jacques Chessex écrivait dans La N.R.F. en 1965 un article intitulé « Raymond Queneau, sage et savant », dans lequel il soulignait la virtuosité de l'auteur des Fleurs bleues sans manquer cependant de l'égratigner pour la même raison, critiquant un humour « contraint », une « drôlerie systématique » et des « trouvailles un peu trop trouvées » ; Raymond Queneau n'a pas voté pour L'Ogre lors du Goncourt, lui préférant Cartes postales, de Frédéric Vitoux. Outre ces quelques indices anecdotiques, rappelons que leurs esthétiques n'avaient que peu de choses en commun...

L'admiration réciproque que se vouaient Jacques Chessex et POW suffirait en revanche à expliquer la présence de ce livre dans la bibliothèque de Walzer : ce dernier a soutenu publiquement Jacques Chessex - articles élogieux dans le Journal de Genève, livres édités par le directeur de la collection Poche Suisse, subtil portrait du romancier vaudois par le professeur jurassien (L'Après-midi à Ropraz, 1990) - et les deux hommes furent amis « à la ville »  comme en témoignent les nombreux ouvrages dédicacés ou les quelques deux cent cinquante lettres qu'ils échangèrent durant quarante ans.

Une lettre de Walzer datée de janvier 1985 nous en apprend un peu plus: « Ce qui m'est arrivé de mieux en cette occasion [début d'année et entrée dans le cadre des septuagénaires], c'est de pouvoir acquérir L'Ogre ci-joint (un des XI !) que je voudrais bien, pour parfaire ma béatitude, voir me revenir avec une de ces bonnes dédicaces dont tu as le secret (...). Mais s'agit-il en fait d'une originale ? Un retirage après Prix, j'imagine, sur papier spécial ? ». La passion de Walzer pour les beaux livres l'a sûrement conduit chez un de ces bouquinistes qu'il prenait plaisir à fréquenter - ne disait-il pas d'ailleurs dans un entretien accordé en 1993 au Journal de Genève : « Il n'y a pas de livres ordinaires chez moi ! ». Quant à savoir où et comment POW a pu acquérir cet exemplaire, le mystère reste entier... Nul doute cependant que le successeur de Raymond Queneau au 7ème couvert de chez Drouant, en 1977, aurait, lui, précieusement gardé l'ouvrage : François Nourissier a toujours été un fidèle soutien de l'écrivain vaudois, et son conseiller littéraire chez Grasset. En 1971, alors que Jacques Chessex hésitait à sabrer ce passage de Carabas : « je déteste décidément voyager. Mais je promets solennellement : 1. d'aller chercher, et en personne, les prix, distinctions, récompenses et diplômes qu'on voudra bien me donner », c'est François Nourissier qui, déjà, l'avait encouragé à le maintenir, y percevant peut-être quelque chose de prémonitoire.

Contatto

Biblioteca nazionale svizzera
Archivio svizzero di letteratura ASL
Hallwylstrasse 15
3003 Berna
Svizzera
Telefono +41 58 462 92 58
Fax +41 58 462 84 08
E-mail

Stampare contatto

https://www.nb.admin.ch/content/snl/it/home/chi-siamo/asl/vedute/vedute-2013/jacques-chessex--pierre-olivier-walzer.html