L’internationalisme et la Suisse

banner125

La fondation de la Bibliothèque nationale suisse coïncide avec l’émergence d’une vague de mondialisation. En 1895, de nombreuses organisations internationales ont été créées afin de répondre aux questions et défis naissants, dont certaines ont choisi la Suisse pour siège.

La photo montre le monument en pierre d’ Union Postale Universelle à la « Kleine Schanze » à Berne. En haut à gauche, vous pouvez voir le symbole de l'Union postale universelle, avec différentes personnes se passant des lettres autour du globe terrestre.  À droite sur l'image se trouve une sculpture, qui contemple avec bienveillance l'agitation de la partie supérieure gauche de l'image. Au premier plan du monument, on peut voir un petit bassin.
Monument d’ Union Postale Universelle à la « Kleine Schanze » à Berne
© Bibliothèque nationale suisse, Archives fédérales des monuments historiques : Archiv Photoglob-Wehrli

Le Manifeste du parti communiste de 1848 s’achève sur ce célèbre appel : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ». Avec ce slogan, Karl Marx et Friedrich Engels se font les porte-drapeaux d’une solidarité dépassant les frontières nationales et d’une collaboration entre les travailleurs et les travailleuses qui incarne à leurs yeux l’internationalisme moderne.

La notion d’internationalisme est longtemps restée associée au socialisme. Le mouvement ouvrier s’organise au sein de l’« internationale socialiste ». En cette fin de XIXe siècle, celle-ci avait pour but de diffuser dans le monde entier les concepts de droit du travail et de protection des travailleurs. C’est au Congrès international pour la protection des travailleurs qui se tient à Zurich en 1897 que sont posés les premiers jalons qui aboutiront à la création en 1920 à Genève de l’Organisation internationale du travail (OIT) rattachée à la Société des Nations.

Le Mouvement international de la Croix-Rouge

La nécessité de résoudre les problèmes de manière multilatérale ne s’exprime pas que dans le mouvement socialiste. De nombreux courants économiques, politiques, moraux et culturels de l’époque réclament eux aussi l’instauration de standards internationaux et une coopération interétatique. De plus en plus d’organisations internationales voient le jour : en 1863, Henry Dunant fonde à Genève le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) avec pour objectif de secourir les blessés dans les conflits armés sur des bases mondiales et humanistes.

Les transports, la poste et le sport relient le monde

Les défis techniques nécessitent une régulation transfrontalière. En 1893, l’Office central des transports internationaux par chemins de fer (aujourd’hui :Organisation intergouvernementale pour les transports internationaux ferroviaires OCTI) voit le jour à Berne. Son objectif était de coordonner les horaires et de promouvoir  l’harmonisation technique, comme l’écartement des voies, entre les États membres. L’Union postale universelle (UPU) s’était déjà établie à Berne en 1874 et œuvrait pour l’affranchissement des frontières nationales et la coopération des Etats en ce qui concerne le trafic postal.

C’est aussi à cette époque que le sport s’élève au rang de loisir et que naît le désir de compétitions internationales. En 1896, les Jeux olympiques modernes sont organisés pour la première fois à Athènes, là où ils se tenaient dans l’Antiquité. En 1915, après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le Comité international olympique (CIO), fondé à Paris en 1894, déplace son siège de façon permanente à Lausanne, en Suisse neutre.

La Suisse et les organisations internationales : une relation gagnant-gagnant ?

En tant que pays neutre, il n’est pas étonnant que la Suisse abrite de nombreuses organisations internationales. Outre sa neutralité, sa position géographique centrale, son solide réseau d’associations et son orientation prononcée vers l’exportation ont fait d’elle un lieu attractif pour l’établissement de sièges d’organisations internationales.Ces implantations successives ont permis à la Suisse d’affiner sa politique étrangère et de s’affirmer en tant que partenaire sur la scène diplomatique.

La Bibliothèque nationale suisse (BN), fondée en même temps que beaucoup d’organisations internationales, s’est positionnée comme partenaire d’autres bibliothèques nationales grâce, entre autres, à la mise en place de bibliographies internationales compatibles. Au tournant du XXe siècle, la BN a d’ailleurs joué un rôle important dans ce processus d’internationalisation. De plus, elle s’est proposée pour être la dépositaire des publications des diverses organisations internationales qui ont leur siège en Suisse. C’est la raison pour laquelle un nombre conséquent de documents sans lien avec la Suisse se trouvent dans la section « Publications de sociétés » de la BN.

Lectures complémentaires et sources :

Publications de sociétés concervées à la Bibliothèque nationale :

Internationale Kongresse für Arbeiterschutz :  V Int. 59

Internationales Arbeitsamt Genf = Bureau international du travail = International Labour Organization : V Int 62

Internationales Rotes Kreuz = Comité International de la Croix-Rouge, CICR : V Int 915

Zentralamt für den internationalen Eisenbahnverkehr = Office central des transports internationaux par chemins de fer : V Int 316

Union postale universelle, UPU : V Int 828

Comité international olympique, CIO : V Int 750

Dernière modification 15.10.2020

Début de la page

Contact

Bibliothèque nationale suisse
SwissInfoDesk
Information au public
Hallwylstrasse 15
3003 Berne
Suisse
Téléphone +41 58 462 89 35
Fax +41 58 462 84 08
Courriel

Imprimer contact

https://www.nb.admin.ch/content/snl/fr/home/recherche/toutes-les-recherches/internationalismus.html