Mon trésor suisse : Perito Moreno

Perito Moreno Glacier
Perito Moreno Glacier Patagonia Argentina. Photo: Luca Galuzzi 2005, Wikimedia Commons, CC BY-SA

Ma passion pour l’Argentine est née durant mon enfance. Je me souviens du moment précis où, feuilletant un ouvrage au hasard, je suis tombée sur une illustration du glacier Perito Moreno. J’avais déjà vu des photos de paysages lointains, mais aucune ne m’a marqué autant que celle-là. Comment pouvais-je rester insensible au charme de ce gigantesque glacier dont le front baigne dans un immense lac alors que, dans ma région, ils se blottissent dans des cirques glaciaires au sommet des montagnes? C’était la première fois que je m’intéressais à l’Argentine, pays de cette merveille. Je venais de tomber sur une région que je rêvais de découvrir.

Pour satisfaire ma curiosité, je me suis mise à la recherche d’ouvrages sur la Patagonie, territoire auquel est rattaché ce magnifique glacier. Situé au bout du monde, je me suis vite rendu compte à quel point il était difficile d’accès et inhospitalier, tant sont cruels le ciel, la terre et la mer dans cet enfer austral. Mon intérêt s’est très vite focalisé sur les premiers habitants de cette contrée. Qui étaient ces hommes et ces femmes qui vivaient dans des conditions déterminées par une géographie et par un climat très particuliers? Qui était cet « indien Patagon » que Pigafetta, chroniqueur de Magellan, décrivait comme « étant tant grand que le plus grand d'entre nous ne lui venait qu'à la ceinture »?

Pour obtenir des renseignements sur ces Amérindiens j’ai donc consulté le catalogue de la Bibliothèque nationale, sans grand espoir étant donné que le sujet n’avait apparemment aucun rapport avec la Suisse. Quelle ne fut donc pas ma surprise de tomber sur le livre « Patagonie et Terre de feu » de Jean-Christian Spahni, ethnologue et archéologue suisse, auteur de plusieurs documentaires sur les populations amérindiennes d'Amérique du Sud. Cette publication des années 70, a su répondre à toutes mes attentes. L’auteur, nous invite au voyage et nous fait part de ses réflexions ethnologiques sur les Amérindiens. A travers le récit de son road trip qui l’amène de Buenos Aires à la Patagonie argentine puis chilienne, il nous raconte ses rencontres avec les différents habitants, de l’estanciero au gaucho. Il évoque aussi l’histoire des nombreux peuples précolombiens qui ont occupé ces territoires.

En accompagnant l’auteur dans son voyage, on découvre l’un après l’autre plusieurs de ces peuples pour la plupart aujourd’hui disparus : les Onas, les Yaghans et les Araucans, pour ne citer qu’eux. Spahni décrit de manière exhaustive les aspects de leur vie quotidienne, nous fournit des indications sur leur habitation, leurs vêtements ou leur nourriture. C’est ainsi que l’on apprend que certains attachaient plus de valeur aux ressources de la mer, d’autres à la chasse. L’auteur s’intéresse aussi, à leurs multiples traditions, à leurs croyances religieuses ainsi qu’à leurs rites de naissance et de mort. L’ouvrage est richement documenté en légendes indigènes, toujours très poétiques et pourvues d’une morale, mettant en scène les héros du monde indien.

Dans un souci d’exhaustivité, Spahni évoque également les grandes découvertes de Magellan à FitzRoy et la dramatique conquête de ce territoire par les Européens. Il décrit les conditions de vie actuelles des rares survivants amérindiens.

Le livre de Spahni est parsemé de photos, de dessins et de cartes réalisés par ses propres soins. Ils mettent en valeur les paysages sauvages de la Patagonie, dont bien sûr le fameux glacier Perito Moreno, mais aussi les divers habitants de la région. En attendant de m’envoler un jour pour l’Argentine, je peux, grâce à cet ouvrage, rêver régulièrement à ces terres situées aux confins du monde.

Fabienne Mabillard 
Cabinet des estampes numériques

Specialist staff
Last modification 30.08.2018

Top of page

https://www.nb.admin.ch/content/snl/en/home/collections/gems/my-swiss-treasure/mein-schweizer-schatz--perito-moreno.html