Mon trésor suisse : « Notre Valais »

Ceux qui me côtoient ont peut-être senti mon léger penchant patriotique pour le canton du Valais.

Cette tendance instinctive s’était toutefois bien apaisée du fait d’une vie à l’étranger, dans la Barcelone aux mille et un visages à la fois d’ouverture et d’obstination, dans cette Catalogne aux reliefs calmes et gracieux, où j’ai eu la chance de vivre douze belles années.

Jusqu’à ce mercredi 27 avril 2016.

De retour en Suisse depuis quelques mois, appréciant mon nouvel équilibre privé et professionnel entre Martigny et Berne, je me retrouve en soirée sur la Place de la Planta à Sion, pour une cérémonie officielle en présence des présidents du Gouvernement M. Jacques Melly et du Grand Conseil M. Nicolas Voide.

Cette cérémonie représente la concrétisation d’une idée apparue en 2015 dans le cadre des festivités du bicentenaire de l’entrée du Valais dans Confédération : l’officialisation du cantique valaisan « Notre Valais » en tant qu’hymne cantonal, avec la marche « Marignan » comme forme instrumentale.

« Notre Valais » est un chant composé en 1890 par Ferdinand Otto Wolf sur un texte de Leo Lucian von Roten. La marche « Marignan » a été composée en 1939 par le musicien Jean Daetwyler pour le cinquantenaire de la Fédération de musique du Valais central. Le Bâlois, décédé à Sierre en 1994, a voulu marquer son attachement à son canton d’adoption en incluant dans « Marignan » la mélodie du cantique valaisan « Notre Valais ».

Lorsqu’a retenti l’hymne, interprété ce jour-là par l’Harmonie municipale de Sion accompagnée par la chanteuse de Nendaz Sylvie Bourban, je me suis sentie terriblement Valaisanne, comme si ces années de séjour à l’étranger n’avaient en fait que renforcé le profond régionalisme qui est en moi.

Une strophe en particulier m’a touchée ce jour-là:
Pays qu'habite un peuple heureux,
Ami de la simplicité,
Intrépide et laborieux,
Gardant sa foi, sa liberté.

La Bibliothèque nationale conserve six écrits de Leo Lucian von Roten et de nombreuses références pour Ferdinand Otto Wolf. La Phonothèque nationale suisse sauvegarde et met à disposition plusieurs enregistrements sonores de « Marignan », comme par exemple :
L’accès au document sonore étant limité sur les postes du réseau de la Phonothèque, afin de ne priver personne de l’écoute de cet hymne, en voici le lien vers l’enregistrement officiel.

Il s’agit aussi de se protéger de l’écoute intempestive des versions chantées lors des finales de Coupe, lorsque le FC Sion y participe, ou dans les allées de la Foire du Valais.

Et vous ? Etes-vous attaché à votre hymne cantonal ?

 

Le répertoire digital réro.doc offre la partition en texte intégral.

Murielle Voide Bazuzi
Projets / Technologies de l’information et de la communication

https://www.nb.admin.ch/content/snl/en/home/themes/my-swiss-treasure/mon-tresor-suisse-----notre-valais--.html