Recherche plein texte

Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur

Imprimer     


La Bibliothèque nationale suisse de 2007 à 2011 : un bilan

Au cours des cinq dernières années, la Bibliothèque nationale suisse (BN) a élargi son offre de prestations, amélioré le catalogage et créé une collection électronique. Le haut niveau des normes de conservation a été respecté. Tout cela a été possible grâce à une étroite collaboration avec les institutions sœurs.


Marie-Christine Doffey, Directrice de la BN. Photo: Guadalupe Ruiz

La BN s'était fixé des objectifs ambitieux dans sa stratégie 2007-2011. Nous avions prévu

  • d'adapter les prestations aux publics cibles,
  • de créer un centre de compétences en matière de conservation du papier, et
  • de créer une collection d'Helvetica électroniques.

Le mandat de prestations 2009-2011 du Conseil fédéral nous demandait de plus  :

  • de nous coordonner avec les bibliothèques cantonales et universitaires suisses, les groupes d'usagers les plus importants et les autres bibliothèques nationales,
  • de trouver des solutions pour une gestion optimale des applications informatiques spécialisées.

Assurer l'exhaustivité de la collection d'imprimés, les mettre à disposition du public (prêt et mise en valeur) et conseiller les usagers, ce que nous faisons depuis des décennies, sont également des priorités du mandat de prestations.
Où en est la BN à la fin de cette période de mandat de prestations et de stratégie ?

L’utilisation est plus confortable

L'accès aux collections est devenu beaucoup plus confortable. La banque de données HelveticArchives a été mise en ligne en 2008 ; c'est le deuxième grand catalogue de la BN. Il contient les fonds des Archives littéraires suisses (ALS) et du Cabinet des estampes. Le catalogue Helveticat est constamment amélioré. Il permet de commander directement la numérisation de documents, les revues vivantes y sont intégrées, les nouvelles notices sont enrichies de tables des matières. Swissbib, le métacatalogue des bibliothèques des universités et des hautes écoles suisses et de la BN, facilite aussi la recherche. Quiconque vient à la Bibliothèque trouve des espaces publics rénovés dont l'infrastructure a été améliorée.

Nous portons une attention particulière aux étudiants et aux chercheurs des domaines de l'histoire suisse, des littératures suisses, de l'art et de l'architecture suisses et des sciences de l'information documentaire. Chaque domaine dispose à présent de sa bibliothèque de référence en accès libre.

La nouvelle version en ligne de la Bibliographie de l'histoire suisse (BHS) facilite le travail des historiens, tout comme les journaux et les revues qui ont été numérisés et mis en ligne en collaboration avec des tiers.

Les ALS amènent de nouvelles sources et de nouveaux thèmes aux chercheurs en littérature. Ces dernières années, elles ont élargi leur collaboration en matière de recherche et leur activité de publication. La philologie de l'édition est leur premier domaine de recherche et elles le défendent aussi dans les universités suisses. La célébration de leur 20ème anniversaire le 14 janvier 2011 a mis en évidence de façon éclatante l'importance des ALS.

Le Cabinet des estampes (CE) est précieux pour les spécialistes de l'art et de l'architecture qui, grâce à un service central de renseignements, peuvent maintenant l'utiliser confortablement. Le réseau des institutions qui participent au Catalogue collectif suisse des affiches s'agrandit régulièrement. Les autres collections du CE sont répertoriées l'une après l'autre dans HelveticArchives. Une stratégie de collection globale assure son développement. Des coopérations pour la recherche sont en cours d'élaboration.

La BN offre des prestations de conseil dans les domaines de la conservation du papier, de l'archivage électronique et de la numérisation aux spécialistes de l'information documentaire au sens le plus large. Mais nos collègues profitent avant tout du rôle de coordination de la BN qui les représente dans les congrès nationaux et internationaux.

Tous ces développements étaient nécessaires pour maintenir à un bon niveau la demande de nos prestations. Sur place, elle est plutôt en recul alors qu'en ligne elle augmente. Aux ALS, au CE et à la BHS, ces innovations ont entraîné une nette augmentation de l'utilisation.

Les normes de conservation restent élevées

La BN est depuis longtemps à la pointe de la conservation du papier. Avec les Archives fédérales, elle joue un rôle de pionnier dans le domaine de la désacidification du papier. Après dix ans de désacidification de masse, la majeure partie des documents qui se prêtent à cette procédure a été traitée. Ce qui reste à désacidifier doit l'être au cas par cas. Des tests sont actuellement en cours.

L'inauguration du nouveau magasin souterrain ouest en 2009 a été le point d'orgue de ces dernières années. Comme le magasin souterrain est, construit quelques années plus tôt, il répond aux normes de conservation les plus exigentes. Les deux magasins offrent assez de place pour accueillir des documents imprimés jusque dans les années 2030. Les collections sont pour l'essentiel bien conservées, comme l'atteste l'enquête réalisée ces dernières années. Des mesures sont prises là où il y a nécessité d'agir.

La BN met aussi ses compétences en conservation à disposition d'autres institutions et de personnes privées, contre rémunération. Ce service ne se transformera cependant pas en un centre de compétences économiquement viable ; en effet, les règlements fédéraux l'interdisent.

La collection électronique est accessible

La collection des Helvetica électroniques croît constamment. Elle est divisée en deux parties : la première contient les documents nés numériques, comme les sites web, les livres et les revues électroniques. Ce type de documents prend de l'importance, car on publie de plus en plus sous forme électronique. La deuxième partie comprend la collection d'imprimés numérisés : livres, revues, affiches, etc. Ces deux collections sont nées et grandissent grâce à la collaboration avec des tiers. Les bibliothèques cantonales et universitaires, les maisons d'édition et les offices fédéraux y participent.

Tous les documents électroniques sont accessibles sur différentes plates-formes. Pour autant que les droits d'auteur le permettent, les documents nés numériques et les monographies numérisées peuvent être téléchargées sur www.e-helvetica.nb.admin.ch. Des plates-formes spécifiques donnent accès aux revues, journaux, affiches et documents d'archives numérisés.

Dans le domaine électronique aussi la BN fait œuvre de pionnier. Un exemple à titre de preuve : les responsables de la Feuille officielle suisse du commerce ont fait archiver leur édition électronique à la BN. La plate-forme www.digicoord.ch, créée conjointement par la BN et RERO, aide à coordonner la numérisation dans les bibliothèques suisses.

La coordination et la standardisation augmentent le confort de recherche

La coordination est indispensable à la standardisation, une condition essentielle pour l'échange de données et donc pour l'augmentation du confort de recherche. Divers comités s'occupent de la coordination internationale. Les collaborateurs de la BN exercent des fonctions dirigeantes au sein de l'IFLA, de l'European Dewey Users' Group et dans le comité de standardisation trinational de la Bibliothèque nationale allemande. En 2011, la directrice de la BN a été élue au poste de vice-présidente de la CENL. La BN était également représentée en 2011 au comité directeur de The European Library. Après avoir participé au répertoire d'autorités-matières de la Bibliothèque nationale allemande, la BN passe à l'étape suivante et introduira prochainement la norme d'échange commune Gemeinsame Normdatei.

La coordination en Suisse est notamment assurée par la Conférence des bibliothèques universitaires suisses (CUB), présidée par la directrice de 2008 à 2011. Elle dirige également le comité de pilotage du projet « e-lib.ch » qui développe un portail suisse pour les recherches d'informations scientifiques. Depuis 2005, la directrice de la BN est également vice-présidente de Memoriav. La responsable du CE préside le groupe de compétence photographie de Memoriav. Le Catalogue suisse des affiches, coordonné par le CE, permet, grâce à la collaboration des partenaires, d'accéder à une collection virtuelle d'affiches suisses, indépendemment du lieu où les objets physiques sont conservés. Le KOOP-LITERA suisse, lancé par les ALS, offre une plate-forme internationale aux différents centres d'archives littéraires de Suisse.

La Conférence suisse des bibliothèques cantonales, qui sert de forum d'échange et de coordination, existe depuis 2010. La BN est représentée au comité directeur. La commission de la Bibliothèque nationale suisse a élaboré en 2010 une Charte des bibliothèques suisses; suite à cela, la CDIP a mis sur pied un groupe de travail pour une politique nationale des bibliothèques.

L’informatique pour l’avenir

Pour qu'une bibliothèque puisse remplir son mandat, elle a besoin de moyens financiers en suffisance, de collaborateurs compétents et motivés et d'une informatique moderne.

La Confédération a mis à disposition de la BN un total de 113,4 millions de francs pendant la période de mandat 2009 à 2011.

Nos collaborateurs sont non seulement compétents, mais aussi très motivés, comme le montrent les retours positifs des usagers et les bons résultats des enquêtes auprès du personnel 2009 et 2011. Les usagers se montrent même en général compréhensifs si les choses ne se passent pas comme ils le souhaitent, parce que le personnel est aimable avec eux.

Notre environnement informatique est intégré à celui de l'administration fédérale. Pour ce qui est de la bureautique, nous sommes à niveau, mais en ce qui concerne certaines applications spécifiques aux bibliothèques, nous avons du retard. Une nouvelle planification informatique devrait nous permettre de le combler. Ces prochaines années, nous voulons et devons créer des conditions optimales pour une bibliothèque numérique. Même si le papier demeure : l'avenir est numérique.

Disparition de Charlotte Kerr Dürrenmatt

Une institution financée par les pouvoirs publics a parfois aussi besoin de l'engagement de personnes privées. Une de nos plus généreuses donatrices est décédée le 28 décembre 2011 : Charlotte Kerr Dürrenmatt. C'est à son mari, l'écrivain Friedrich Dürrenmatt, que l'on doit la fondation des ALS. Elle-même s'est engagée sans relâche pour la création du Centre Dürrenmatt Neuchâtel (CDN). Elle fut jusqu'à son décès vice-présidente du Conseil consultatif et soutint financièrement diverses manifestations et publications du CDN et des ALS. Charlotte Kerr Dürrenmatt restera dans notre mémoire une championne de l'œuvre du grand écrivain suisse.

Marie-Christine Doffey
Directrice


Dernière mise à jour le: 03.06.2012

Fin secteur de contenu



http://www.nb.admin.ch/org/01549/04043/04044/index.html?lang=fr